Marine Le Pen à Brachay

Marine Le Pen s’est rendu aujourd’hui à Brachay (Haute-Marne), tentant de faire de ce village qui a voté en 2012 à 72 % pour elle un lieu symbolique de la « France des oubliés » à laquelle elle entend s’adresser. Le Journal de la Haute-Marne m’a interrogé à ce sujet.

«Le Pen cherche à se construire un socle terrien et rural»

A l’occasion de la venue à Brachay de Marine Le Pen, présidente du Front national, ce samedi, Joël Gombin, doctorant en science politique au CURAPP (Université de Picardie-Jules Verne), décrypte la stratégie du parti d’extrême-droite autour de ce village.

Journal de la Haute-Marne : Quelle a été l’évolution du FN en milieu rural ?
Joël Gombin : Historiquement, le vote FN a d’abord été un vote de centre-ville et des proches banlieues. Il y a eu un basculement à partir du milieu des années 90. Ce vote est sorti du centre-ville pour gagner la périphérie. Il faut aussi s’entendre sur la définition du rural. Il existe le rural isolé et le rural périurbain. Ce dernier est situé à 40-50km des grands centres urbains. Il est sous leur influence. Le vote FN est plus élevé dans ce périurbain que dans le rural isolé.

JHM : Comment expliquer ce vote FN en milieu rural dans le nord-est du pays ?
J. G : L’électorat du FN est devenu plus populaire (ouvriers, employés) au fil du temps. Et justement, dans le nord et le nord-est de la France, on constate une forte présence de ces catégories en milieu rural. Ce caractère populaire se double d’un faible encadrement de ces territoires par les syndicats et les partis de gauche.

JHM : Plus généralement, quels arguments du parti d’extrême-droite séduisent ces catégories ?
J. G : Rappelons que le comportement électoral des catégories populaires se distingue plus souvent par l’abstention. Ce qui frappe lors des récents scrutins, c’est d’abord l’effondrement des loyautés traditionnelles, comme le vote communiste ou de gauche. Par ailleurs, les ouvriers et employés ont une défiance envers le monde politique et un sentiment d’exclusion. Il existe alors une assimilation au FN, avec un report sur le parti qu’ils considèrent lui aussi marginalisé dans le champ politique.

JHM : Brachay peut-il être le fief de la présidente du FN ?
J. G : Si Marine Le Pen a un fief, c’est Hénin-Beaumont, d’autant que son parti a remporté là-bas les dernières élections municipales. Il y a donc une légère ambiguïté à faire de Brachay le symbole de la percée du FN.

JHM : Que cherche donc Mme Le Pen en venant régulièrement à Brachay ?
J. G : La stratégie du FN à Brachay peut se comprendre grâce à l’histoire et aux codes de la vie politique française. Depuis la IIIe République, les élus représentent la France comme un pays terrien, rural. Tous les grands hommes politiques se sont construit une image de terrien, comme François Mitterrand à Solutré ou Charles de Gaulle avec la Boisserie. De ce point de vue là, Marine Le Pen se construit ce socle terrien et rural avec Brachay.

JHM : Sur ce plan, Brachay fonctionne donc mieux qu’Henin-Beaumont (Pas-de-Calais) ?
J. G : Hénin-Beaumont correspond à un temps spécifique de représentation de la France. C’est le bassin minier. Avec Brachay, Marine Le Pen a un village auquel tous les Français peuvent s’identifier et faire référence à leur racine rurale, qu’elle soit réelle ou mythifiée. Au niveau arithmétique électoral, Brachay est anecdotique. Mais la présidente du FN se place dans la représentation symbolique et la construction d’un destin présidentiel.

JHM : Cette racine rurale des Français n’est-elle pas mythifiée aujourd’hui ?
J.G : D’après l’INSEE, 95% des Français vivent sous influence urbaine. Mais les représentations collectives ne correspondent pas à cette réalité de l’urbain. Demandez à quelqu’un qui vit en ville depuis des années, il va vous dire qu’il vient de tel endroit rural. Un autre exemple de ce poids du rural : l’influence du ministère de l’Agriculture.

JHM : Plusieurs médias ont parlé de Brachay comme la « Roche de Solutré » du FN ? Est-ce pertinent ?
J. G : C’est sûrement un élément de langage soufflé par les communicants du parti. Ils veulent le vendre de cette manière, mais la symbolique de Brachay est beaucoup plus pauvre. Marc Abelès, un anthropologue, avait noté deux axes dans le rituel de François Mitterrand. Un horizontal : « le Président comme homme ordinaire, au milieu des siens. » Et un vertical : « je suis au-dessus de vous. » Il y avait presque une dimension religieuse, spirituelle à Solutré. De plus, le rituel était ancien chez Mitterrand et s’ancrait dans son histoire personnelle. A Brachay, il n’y a que l’horizontalité, le « Je suis comme vous » et l’idée de la France des oubliés, dans la même veine que Charles Maurras qui parlait de « pays légal » et « pays réel ».

Propos recueillis par Guillaume Vénétitay


Grenoble, bureau de vote par bureau de vote...

À Grenoble, la surprise de la campagne a été l’arrivée en tête du candidat EELV/PG, Éric Piolle, devant Jérôme Safar, le candidat socialiste. Quelques cartes pour visualiser cela (avec mes remerciements à Thomas Cutuil pour son aide pour les données) ! L’abstention Le vote Piolle (EELV/PG) Le vote Safar (PS) Le vote Chamussy (UMP) Le […]


Votation suisse : existe-t-il une relation entre présence d'étrangers et vote contre l'immigration ?

La question qui est posée dans le titre de ce billet est évidemment trop vaste pour y répondre de manière exhaustive ici. Pour le dire vite, deux thèses s’affrontent dans la vaste littérature internationale consacrée au sujet. Selon la thèse de la « concurrence (ou menace) ethnique », les autochtones et les allochtones entrent en concurrence pour […]


Note de lecture sur le sondage IFOP/Le Nouvel Obs sur les élections européennes

Le Nouvel Obs a publié mercredi 9 octobre 2013 un sondage, réalisé par l’IFOP, plaçant pour la première fois le Front national en tête des intentions de vote pour les élections européennes de mai 2014. Les listes du parti dirigé par Marine Le Pen seraient ainsi créditées de 24 % des intentions de vote, contre 22 […]


Comment le FN a percé dans le fief de Cahuzac

Avec l’autorisation de Mediapart, je reproduis ici un entretien avec Marine Turchi, publié initialement le 26 juin 2013. D’où vient la progression du FN lors de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot ? Selon le chercheur Joël Gombin, qui a calculé les reports de voix, le parti a d’abord bénéficié des voix des abstentionnistes du premier […]


Villeneuve-sur-Lot : l'apport du dépouillement des listes d'émargement

Les journalistes du Monde Alexandre Léchenet et Nicolas Chapuis se sont rendus dans le Lot-et-Garonne et ont dépouillé l’ensemble des listes d’émargement de la circonscription de Villeneuve-sur-Lot qu’ils ont pu se procurer, soit 149 bureaux sur 167, représentant 94 % des inscrits de la circonscription. Ils ont confié ces données à Jérôme Fourquet, de l’IFOP, […]


Que s'est-il passé dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne ?

Dimanche dernier s’est tenu le deuxième tour de l’élection législative partielle dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne. J’ai déjà écrit des choses sur le premier tour de cette élection, donc je n’y reviens pas et ne rappelle pas ici le contexte et les forces en présence. Je voudrais simplement présenter une estimation des reports de […]


Quelques notes sur la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot

La démission de Jérôme Cahuzac du ministère du budget lui a permis, conformément à la Constitution, de redevenir automatiquement député de la 3e circonscription du Lot-et-Garonne. Ayant décidé de démissionner de son poste à la suite de l’aveu concernant les faits de fraude fiscale dont Mediapart l’avait accusé, et pour lequel une procédure judiciaire avait […]


Dataviz : you're doing it wrong!

Durant la dernière Social Media Week, CQTM a organisé une « anti-conférence » intitulée « Social Media Bullshit Bingo ». J’ai eu l’honneur et le plaisir d’y faire une présentation sur la datavisualisation. Comme les présentations n’ont toujours pas été mises en ligne, vous pouvez consulter la mienne.


[Tribune] Jérôme Cahuzac est innocent !

On l’accuse de favoriser la montée du FN et d’accentuer la méfiance pour le politique : le chapeau est un peu grand pour lui. Par Joël Gombin et Gaël Villeneuve, enseignants-chercheurs en sciences politiques. Jérôme Cahuzac serait-il devenu l’homme le plus détesté du pays ? Ses aveux ont en tout cas déclenché un véritable raz-de-marée politique […]